Comment choisir son sapin de Noël pour les fêtes de fin d’année ?

Le mois de Décembre arrive à grands pas et avec lui la très sérieuse question du choix du sapin : naturel ou artificiel ? Traditionnel ou conceptuel ? Aucune règle en la matière bien évidemment. Chacun fera en fonction de sa sensibilité, son environnement ou son budget. La Coopérative Paysages et Jardins Service vous donne quelques conseils !

coop-pjs-annecy

Il est loin le temps où l’on pouvait couper son sapin en forêt. Aujourd’hui, la préservation des ressources et la demande croissante des consommateurs ont fait du sapin de Noël une culture agricole à part entière.

En France, les cultures sont principalement situées dans les Alpes, le Morvan, la Bretagne, le Jura, les Ardennes et le Limousin. Le point commun à ces différentes régions ? Il s’agit de massifs granitiques qui offrent aux sapins des conditions de développement optimales.

Le traditionnel SAPIN de Noël ou EPICEA

Le traditionnel sapin de Noël est l’épicéa commun (Picea abies) aux aiguilles piquantes et à la forte odeur de résine. Son inconvénient : ses aiguilles tombent rapidement dans nos intérieurs chauffés.

Le sapin de Nordmann (Abies nordmanniana) l’a détrôné en raison de son beau vert luisant et de ses aiguilles souples restant longtemps sur l’arbre. Son défaut, une très faible odeur de résine.

Ces deux là représentent près de 97 % du marché des sapins naturels.

Mais d’autres variétés sont à découvrir. L’épicéa d’Engelmann (Picea engelmannii) odorant comme l’épicéa commun mais sans en avoir les aiguilles piquantes et présentant une belle couleur bleutée. Le sapin Noble (Abies procera) cumule lui tous les avantages : aiguilles douces ne tombant pas, odeur de résine marquée, magnifique couleur bleutée… mais sa croissance est lente ce qui impacte son prix de vente.

Les sapins COUPÉS ou EN POT

Fixés sur des bûches ou des croisillons, les sapins coupés s’installent facilement mais leur durée de vie est limitée.

En pot, le sapin gardera ses aiguilles plus longtemps mais la reprise après plantation en pleine terre n’est pas garantie. En effet, avec ce conditionnement, les sapins ont été extraits de la pleine terre avec leur motte de terre mais sans l’intégralité des racines.

On envisage une plantation future ?, On opte pour le sapin en conteneur. Plantés et cultivés dans le contenant approprié, leurs racines sont intactes.

coop-pjs-annecy

Nos conseils pour choisir votre sapin

Privilégier l’achat de sapins cultivés chez un pépiniériste local, certains ouvrent leurs portes pour la vente directe.

Des marques et labels existent. On trouve des sapins « label rouge » dont la production répond à un cahier des charges précis.

Sur nos territoires, la marque « SAVOIE », développée depuis 2009, garantit un sapin, d’origine savoyarde ou haut-savoyarde, le recours à des méthodes de production satisfaisantes du point de vue environnementale (désherbage mécanique ou par pâturage, fertilisation raisonnée de préférence organique) et la traçabilité des sapins à la parcelle.

Et surtout, après les fêtes, on amène son sapin à la déchetterie ou à l’espace de récupération mis en place par sa commune où ils seront broyés au lieu d’être incinérés. Une tonne de sapins permet de produire 300 à 400 kg de compost. Le broyat est utilisé pour protéger les sols et plantations de l’évaporation de l’eau et du froid. ; il fonctionne également comme un désherbant naturel.

Vous avez aimé notre article ? Vous avez une question ? Alors n’hésitez pas à contacter la Coop PJS pour en savoir plus !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Vous souhaitez faire appel à un professionnel coopérateur sur les secteurs Savoie, Haute-Savoie, Ain ou Isère ?